Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Le passage du diable / Les vents de Salem

Publié le par Titre

Titre : Le passage du Diable 

Auteur : Anne Rice

Date de parution française : 2014


Maison d'édition : L'école des loisirs 

Collection : Médium

Nombre de pages : 306 

Prix : 15 euros 50

Depuis son plus jeune âge, Daniel Cunningham a vécu enfermé, avec pour seule compagnie les livres et sa mère - qui l'a gardé reclus, à l'écart du monde extérieur, et qui n'a cessé de lui répéter qu'il était malade. Un jour, des coups frappés à la porte vont tout changer. Des voisins ont découvert son existence, et résolu de libérer Daniel de l'emprise de sa mère. Pris en charge par le Dr Marlow et sa famille, il va découvrir peu à peu que tout ce qu'il tenait pour vrai jusque-là n'était qu'un tissu d'histoires racontées pour le protéger. Mais le protéger de quoi ? Jusqu'à quels vertiges ces secrets conduiront-ils Daniel ?

 

Dès les premières pages, j'ai été happé par l'ambiance du livre. Tout du long une menace pèse sur notre héros et forcément le lecteur aussi ressent ce voile noir qui obscurcit l'histoire de Daniel. Cela en fait une lecture parfaite à Halloween avec 2/3 frissons (mais pas trop quand même c'est un livre jeunesse) ! 

 

M'a particulièrement séduite l'écriture fluide mais pour autant élégante d'Anne Rice. L'auteur est maître des "petites phrases de fin de chapitre qui te font enchaîner sur le suivant".

J'ai adoré les différents cadres de l'histoire : d'abord une vieille maison poussiéreuse, puis un foyer plein de vie et de nouveau une grande maison sombre et remplie de secrets ! Le tout se déroule dans le passé, même si on ne sait pas vraiment quand, et cela donne à l'histoire un petit goût en plus, un soupçon de suranné et de vieux journaux intimes ...
 

Cependant, j'ai trouvé le tout un peu "bâclé" : le mot est fort car l'intrigue est intéressante en bien des points. Mais, avec une histoire comme celle-là, elle aurait pu faire beaucoup mieux : quelques facilités de moins dans le scénario, des explications plus claires dans la révélation finale, ... 200 pages supplémentaires peut-être mais cela aurait été à coup sûr un coup de coeur ! 

 

En bref, une lecture que je recommande chaudement pour toute l'année mais surtout en cette période automnale. Quelques facilités cependant... 

Série : Les sorcières de North Hampton 

Titre : Les vents de Salem (tome 3)

Auteur : Melissa de La Cruz

Date de parution française : mai 2014

Édition : Orbit / Le livre de poche 

Nombre de pages : 432

Prix : 14 euros 90 / 7 euros 10 

Chroniques avec des spoilers sur les tomes précédents : 

Dans ce dernier opus de la saga, l'auteur effectue des allers/retours entre la ville de Salem au moment de la traque des sorcières et le village de North Hampton. En effet, à la fin du tome 2, Freya avait été envoyé par l'on ne sait qui à cette époque dangereuse. Joanna, Ingrid et Freddie tentent donc de sauver leur petite soeur tout en démêlant leurs propres problèmes, dont beaucoup sont liés à l'amour...
 

J'ai beaucoup aimé lire ce troisième tome ! Le rythme n'est certes pas endiablé, mais le tout se déroule peu à peu avec une tranquillité qui ne touche cependant pas à l'ennui. Nos personnages de North Hampton sont en effet sur de nombreux fronts. C'est bien la force de la saga de mêler vie quotidienne et magie ! 

 

Cependant, ce qui a permis aux "vents de Salem" de se détacher et donc à ce troisième tome de ne pas lasser le lecteur, c'est l'aventure de Freya ! Celle-ci se réveille à Salem, amnésique, et l'on suit alors une histoire presque "indépendante" du reste du récit. Celle d'une jeune fille qui découvre l'amour et la magie dans un cadre LOIN d'être propice ! Et quel cadre ! Un village perclus de haine, de dévotion et de cupidité. 

Petit à petit, on raccroche tous les wagons de l'histoire pour arriver à... la fin. Un peu déçue je l'avoue.

-La situation finale est porteuse de beaucoup d'espoirs pour nos protagonistes mais elle n'est pas idyllique pour autant, ce que j'apprécie. 

-Cependant, la manière d'y parvenir est un peu décevante : le dénouement ne nous fait pas dire"whow"  et quelques facilités font lever les yeux au ciel.
 

Chronique sans spoilers : 

 

Le tome 3 de cette série est un bon tome, qui, tout en étant dans la continuité des précédents, mêlant magie et vie quotidienne, nous emmène par un voyage dans le passé une originalité bienvenue. Les différents cadres du récit sont enchanteurs en cette période automnale ! 

Malgré cela, le dénouement, qui offre à nos héros une situation finale intéressante, est un peu fade et décevant. 
 

EN BREF : UNE SÉRIE POUR CEUX QUI AIMENT L'AMOUR, LES ÎLES PLEINES DE HAUTES HERBES, LA MAGIE ET LES MYTHOLOGIES.
A PROSCRIRE SI L'ON RECHERCHE FRISSONS D'HORREUR, RYTHME ÉFRENNÉ  ET RÉVÉLATIONS À COUPER LE SOUFFLE !  

Partager cet article

Hallowctober 2016 : Tremblez mes p'tits agneaux !

Publié le par Elisa

Hallowctober 2016 : Tremblez mes p'tits agneaux !

Bonjour tout le monde ! Je vous retrouve aujourd'hui pour vous présenter ma petite PAL d'Hallowctober ! Au programme : 5 livres pour frissonner (un tout petit peu) sous sa couette tandis que dehors il fait grisou. 

Je veux donc lire : 

LE PASSAGE DU DIABLE D'ANNE RICE 

 

L'histoire du jeune Michael Cunningham : confiné de longues années durant par une mère étrange, il va découvrir à sa libération une histoire sombre mêlée de secrets étranges qui pourrait bien être la sienne....

 

Celui-là je l'ai déjà lu en fait (article en retard...) ! Une belle lecture avec 2/3 frissons mais pas trop quand même. L'intrigue se déroule parfaitement même si la révélation finale aurait méritée d'être un peu plus affinée. Je recommande :) 

LES SORCIÈRES DE NORTH HAMPTON TOME 3 : "LES VENTS DE SALEM" DE MELLISA DE LA CRUZ 

 

Troisième et dernier tome de cette saga qui nous a fait rencontrer Freya, Ingrid et Joanna : trois femmes au caractère bien différent mais qui ont en commun des pouvoirs étranges . J'avais bien aimé les deux tomes précédents, surtout l'ambiance de lecture mais j'attend beaucoup de ce dernier opus !! 

HOLLOW CITY, LE TOME 2 DE MISS PEREGRINE ET LES ENFANTS PARTICULIERS DE RAMSOM RIGGS

La sortie au cinéma du premier tome de cette série célèbre sur la blogo me donne l'occasion rêvée de me remémorer un peu l'histoire avant d'attaquer Hollow City

 

13 HEURES DE DEON MEYER 

 

Un petit polar, ça fait pas de mal ! J'ai rencontré l'auteur début octobre au "salon du polar" de Villeneuve-lez-Avignon et depuis j'ai très hâte d'attaquer cette enquête : la première de l'inspecteur Benny Griessel ! Pendant 13 heures, nous allons suivre la vie mouvementée d'un enquêteur sud-africain. 

CARMILLA DE LE FANU, ILLUSTRÉ PAR MAZZANTI

Dernier mais pas des moindres, cette magnifique édition d'un classique de la littérature vampirique ! Depuis pas mal de temps dans ma PAL, j'espère lire cet automne cette histoire sombre d'amour interdit, sur fond de paysages écossais. (Avoue je t'ai vendu du rêve) 

Et vous, contez-vous lire des romans hallowenesques pendant les vacances ? 

Je vous embrasse 

Publié dans Automne, Frissons

Partager cet article

Top 5 / Lectures Printemps et Été 2016

Publié le par Elisa

Top 5 / Lectures Printemps et Été 2016

Coucou tout le monde ! Je vous retrouve aujourd'hui avec mon top 5 (enfin presque) des romans que j'ai lus ces derniers temps. Tous les livres qui suivent m'ont émus, touchés. Ils sont tous de très bonne qualité et les deux premiers de ce top ne ressemblent à rien de ce que j'ai pu voir auparavant (Contredanse aussi est très original). Pour certains, j'ai frôlé le coup de coeur (je ne sais pas pourquoi, en ce moment, je suis incapable d'avoir un coup de coeur pour un bouquin) !

Top 5 / Lectures Printemps et Été 2016

NUMÉRO 5 : Un petit goût de noisette de Vanyda

Il s'agit d'une très jolie BD. A travers plusieurs nouvelles, certaines plus courtes que d'autres, l'auteur tisse un récit où les personnages se mêlent et s'entrecroisent. Le final forme une tapisserie mêlée d'amours, de rencontres, de surprises, de coïncidences et de mélancolie.J'ai adoré les dessins et surtout le fait que l'auteur choisisse une teinte pour chaque personnage ! Les petits défauts : des décisions de personnages parfois incompréhensibles et une vision de l'infidélité parfois un petit peu trop libérée (mais ce n'est que mon avis).

Top 5 / Lectures Printemps et Été 2016
Top 5 / Lectures Printemps et Été 2016

NUMÉRO 4 : #BLEUE DE FLORENCE HINCKEL EX AEQUO AVEC CONTREDANSE DE CHIARA SIMONETTI

Pour ces deux romans, je n'ai pas pu me décider : ils m'ont autant plus l'un que l'autre. Pourtant, ils sont radicalement différent !!

#BLEUE est une dystopie que l'on m'avait offerte. Assez lassée par le genre, j'étais cependant plutôt curieuse car j'avais eu l'occasion de me faire dédicacer le roman par l'auteur.

On va retrouver deux personnes qui s'aiment : Astrid et Silas. Un jour, Astrid meurt dans un accident. Alors, Silas est emmené par les agents de la CEDE : pour oublier. En effet, nous sommes plongés dans un monde où tout est fait pour ne jamais ressentir de douleur de frustration. Ici, les gens sont omniprésents sur le Réseau, une plateforme sociale où tous "veillent" les uns sur les autres, jusqu'à scruter les moindres faits et gestes du prochain. Si quelqu'un va mal, la Cellule d'Eradication de la Douleur Emotionnelle efface ses souvenirs, ne laissant qu'un point bleu sur son poignet...

J'ai été touché par ce roman, car il s'agit plus là d'une réflexion sur l'amour, le souvenir, les sentiments, ce qui est juste, ce qui nous rend humains... qu'une histoire qui se veut trépidante. Pour autant, le scénario suit un bon rythme.

Et Contredanse ? Il s'agit de l'histoire de Mariolina, une jeune italienne passionnée de danse classique. On découvre ici son quotidien : ses camarades du cours de danse, sa professeure, la directrice impitoyable de l'établissement, ses parents et leurs aspirations, ses grands-mères...

Mariolina est tellement passionnée par la danse qu'elle va jusqu'à faire saigner régulièrement ses pieds, les enfermant dans des pointes trop petites dans le but qu'ils rétrécissent. Cette passion la mènera-t-elle jusqu'à une sorte de folie ?

Ce que j'ai aimé dans ce roman c'est en majeure partie l'aspect sur la danse, qui est ici très bien décrite. Il est parfois difficile de saisir ce monde et il me semble que l'auteure l'a réussi. Cela ne ressemblait pas toujours à mes expériences, mais le contexte était différent : Turin, dans les années 70.

J'ai surtout adoré la plume de Chiara Simonetta, qui nous emmène avec ce récit dans le monde de Mariolina ; et cela grâce à un profusion de noms propres, de jolis mots, de couleurs, d'adjectifs, de sensations. Cette plume, brillante, presque enivrante, tourbillonnante en tout cas, m'a insufflé un vent d'Italie. De plus, les relations de la jeune fille avec son entourage, et notamment sa famille, sont très intéressantes. Je me suis plu à découvrir son père, passionnée de musique, qui cherche à faire d'elle une excellente pianiste ou encore son étrange grand mère qui nettoie tous les jours ses chaussures.

La fin de ce roman est inattendue, déroutante. Je ne peux pas vraiment dire que je l'ai aimée, ni que je l'ai détestée. Ce n'était pas ce que je voulais, mais je ne sais pas moi-même ce que je recherchais en fait ! Le moins qu'on puisse dire, c'est qu'elle était puissante et ... entière.

Top 5 / Lectures Printemps et Été 2016
Top 5 / Lectures Printemps et Été 2016
Top 5 / Lectures Printemps et Été 2016

NUMÉRO 3 : L'ORPHELINE DANS UN ARBRE DE SUSIE MORGENSTERN

Dans "L'orpheline dans un arbre", on retrouve le personnage de Clara-Camille Caramel. Jeune orpheline fortunée, elle étudie dans un pensionnat "d'élite" en compagnie de ses camarades. Là, je vous l'accorde, cela fait un peu "cul-cul la praline". Mais tout cela ne fait pas de notre personnage principal quelqu'un de détestable. Clara-Camille est intelligente, jolie, pleine de répondant et il s'agit d'une très bonne cuisinière. Bien sûr, elle vit dans sa petite bulle confortable... (Cela peut en agacer certains mais je me suis pas mal retrouvée dans cet aspect du personnage, je l'avoue ;) Ce qui lui pèse le plus est l'absence de famille et plus particulièrement la perte de sa grand-mère adorée.

Au début du roman, notre héroÏne gagne un concours dans son école. Le prix que remporte l'adolescente : un séjour dans une famille californienne ! Elle est plus que ravie d'avoir l'occasion de passer les fêtes en famille ! Mais il y a un hic : à son arrivée aux Etats-Unis, Clara-Camille découvre en réalité un vieux monsieur solitaire qui construit des maisons. D'abord décidée à partir, la jeune fille changera peut-être d'avis...

J'ai aimé la plume simple mais délicate de Susie Morgenstern, qui a su crée un univers tendre, doux-amer, ponctuée de nombreuses touches d'humour. Le roman s'attache beaucoup aux émotions des personnages qui se découvrent peu à peu. Cette philosophie qu'insuffle l'auteure à son récit est mise en valeur par un cadre à la fois simple (très peu de personnages) et très folklorique, très bigarré ( danse du ventre, caravanes, MacDo, cabane dans les arbres, orphelinat, supermarché...). Vers la fin se trouve une petite surprise qui, si elle ne m'a pas emballée à 100 pour 100, ne m'a pas déplue néanmoins. Ce roman se lit donc comme un conte, avec ses réflexions sur la vie et ses pointes de magie.

Top 5 / Lectures Printemps et Été 2016

NUMÉRO 2 / TOTTO-CHAN, LA PETITE FILLE À LA FENÊTRE DE TETSUKO KUROYANAGI

Japon, années 30.

Totto-Chan est un roman autobiographique, qui raconte l'enfance de l'auteur. Mais Tetsuko a cherché avant tout à travers son roman à rendre hommage à M. Kuroyanagi qui fut le directeur de son école. Et quel lieu ! En effet, la jeune enfant a découvert Tomoe, une école primaire atypique qui faisait cours dans des anciens wagons et qui laissait dans son enseignement une grande place à la liberté, aux balades dans la nature et à la musique.

Le roman est constitué de plusieurs nouvelles originellement publiées dans des magazines. On découvre donc un ensemble d'anecdotes portant sur l'enfance, le quotidien et les expériences de la jeune Totto-Chan. Le tout sur fond d'une menace, la guerre, qui se profile peu à peu.

C'est un roman que j'ai beaucoup apprécié parce que je l'ai trouvé très doux et singulier.

C'est une histoire qui suit son cours sans chercher d'événements tragiques ou de rebondissements exceptionnels. Bien sûr, le côté autobiographique du livre est à l'origine de cette simplicité et de cette fluidité du le récit ! Toujours est-il que la plume de l'auteur, associée à la beauté de son histoire, donne une bulle de poésie et de sourires.

Comme je vous l'ai dit, c'est aussi et surtout l'originalité du sujet qui m'a plu car cela m'a permis de m'évader quelques heures dans l'univers hors du commun de Tomoe. Il y a aussi un véritable dépaysement du fait du cadre tokyesque.

Pour finir, l'aspect le plus important de Totto-Chan reste sans aucun doute les enseignements riches et profonds qui nous sont prodigués ! Sur un ton jamais moralisateur, et au travers de différents personnages, on redécouvre des pensées universelles parfois oubliées dans le tourbillon de nos vies très "busy".

Rien n'est plus à craindre dans ce monde que d'avoir des yeux incapables de voir la beauté, des oreilles incapables d'apprécier la musique, un esprit incapable de saisir la vérité et un coeur incapable de s'enflammer.

TOTTO-CHAN

Top 5 / Lectures Printemps et Été 2016

NUMÉRO 1 : LA PETITE FILLE DE MONSIEUR LINH DE PHILIPPE CLAUDEL

Je ne veux pas trop vous en dire sur ce roman car il est relativement court et j'aurais peur de gâcher un si merveilleux roman en en dévoilant trop !

Sachez juste qu'il s'agit d'un récit hors du commun et qui cache de grandes surprises !

Mais c'est avant une plume SPLENDIDE que l'on découvre ici, l'une de ces écritures qui a le don de nous transporter avec des mots simples, directes et pourtant si visuels et poétiques.

C'est vraiment un livre que je qualifierais d'"englobant", un peu à la manière d'une couverture. En effet, on découvre peu de personnages et de lieux et pourtant, les émotions, sensations, cadres et décors sont si bien contés que je visualisais le tout avec une acuité impressionnante.

C'est un récit qui fait voyager, qui touche du fond du coeur et il est porté par des personnages si profonds et réalistes qu'on ne les conçoit pas comme sortis de l'imagination de l'auteur.

Et voilà, j'espère que ça vous a plu ! Avez-vous déjà lu certains de ces livres ? Quelles ont été vos plus belles découvertes de ces derniers temps ? Dites-moi tout ça en commentaires. De gros bisous,

Elisa.

Partager cet article

Coucou tout le monde ! Un petit article pour vous dire que j'ai validé mon

Publié le

Coucou tout le monde ! Un petit article pour vous dire que j'ai validé mon week-end à 1000 avec environ 1030 pages de lues ! Je suis super contente et en plus j'ai passé de bons moments de lecture ! Ce matin je viens de terminer le troisième livre du challenge : "Mensonges". De gros bisous

Coucou tout le monde ! Un petit article pour vous dire que j'ai validé mon week-end à 1000 avec environ 1030 pages de lues ! Je suis super contente et en plus j'ai passé de bons moments de lecture ! Ce matin je viens de terminer le troisième livre du challenge : "Mensonges". De gros bisous

Partager cet article

Livres à gogo

Publié le par Elisa

Livres à gogo

Bonjour tout le monde ! Aujourd'hui j'avais envie de revenir rapidement sur toutes les lectures que j'avais effectuées depuis fin février. C'est l'occasion pour moi de vous présenter mon top 6, de parler séries et tout et tout... Hope you'll enjoy !

Commençons par les séries (classées par "numéros de tome" puis par ordre de lecture) :

1 ers tomes :

Une série qui commence bien avec cet agréable roman ado : "Une saison goût citron". C'est frais, mignon, tout ce qu'on demande.

Une belle découverte aussi avec le célèbre "L'été où je suis devenue jolie" de Jenny Han. Là c'est la nostalgie, les personnages bien campées et les ambiances de vacances d'été qui nous emportent.

Un peu déçue par contre par le premier tome du "Pacte", une saga qu'elle a écrite avec Shioban Vivian. Pour moi, la popularité y est trop "sacralisée".

Je continue ensuite avec cette saga à laquelle j'accroche bien : la saga Savoisy de Michèle Barrière. J'attaque là le tome 1 même si j'avais déjà lu auparavant le tome 6 et le tome 7 (un peu étrange je vous l'accorde ;-) .

Pour finir dans les tomes 1, je découvre le célèbre "4 filles et un jean" qui fut une belle découverte . C'est selon moi un roman ado original et pas niais.

​2 ème tomes:

J'ai été un peu déçue par la suite du "Journal intime de Georgia Nicholson" : "Le bonheur est au bout de l'élastique". C'était... fade.

Par contre, j'ai apprécié la fin du dytique "Broadway", une série de BD que je recommande.

Je passe ensuite un très bon moment de lecture, très touchant, avec la suite de "L'été où je suis devenue jolie" : "L'été où je t'ai retrouvé".

Plus tard, j'avale rapidement le deuxième tome d'une saga BD pour enfant "Les Légendaires", que je trouve distrayante.

Pour finir, je me délecte du deuxième été de "Quatre filles et un jean". Ce tome là est plus profond et les personnages sortent vraiment de l'ordinaire.

3 ème tomes :

Celui des "Légendaires", toujours dans la même veine.

4 èmes tomes :

J'ai lu au mois de juin "Les larmes du Kalahari", le 4 ème tome des aventures de Mma Ramotswe. C'était la première fois que je lisais un livre de cette saga, mais vous pouvez le faire en désordre sans aucun problème. Il s'agit officiellement de policiers, mais en réalité l'auteur s'attarde surtout sur les relations entre les personnages et sur le pays du Botswana.

Derniers tomes :

Je lis d'abord "L'été devant nous" qui me déçois assez par ces trop nombreux retournements de situation. Je finis ensuite la relecture d'une saga si chère à mon enfance "Les Désastreuses Aventures des Orphelins Baudelaire" par l'intégrale 5.

Livres à gogo
Livres à gogo
Livres à gogo
Livres à gogo
Livres à gogo
Livres à gogo
Livres à gogo
Livres à gogo
Livres à gogo
Livres à gogo
Livres à gogo
Livres à gogo

Mais pendant ces quelques mois j'ai également lu...

Des classiques ...

Antigone et Médée de Jean Anouilh pour mes cours de français. Ces deux pièces de théâtre ne m'ont pas déplues même si cela n'a pas été un coup de coeur. Je crois aussi m'être lassée d'Antigone car on l'a beaucoup, beaucoup étudié en cours.

J'ai également découvert le très célèbre "Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur " de Harper Lee. Même si j'en avais énormément entendu parler, j'ai aimé cette histoire mêlant récit d'enfance et texte sur la justice et la discrimination raciale.

Livres à gogo
Livres à gogo
Livres à gogo
Livres à gogo

Des livres pour jeune adolescents...

Avec le tome 1 des "Quatre soeurs" de Malika Ferdjoukh : "Enid". Un joli roman, mais qui ne m'a pas autant transporté que je l'espérais.

Livres à gogo

Pour adolescents...

J'ai lu au mois de mai un roman frais et sympa : "Dix choses que nous n'aurions pas dû faire".En quête de lectures légères, je vous le recommande !

Pour grands adolescents et adultes...

​J'ai d'abord eu une jolie découverte avec le "Dieu me déteste" de Hollis Seamon. Ce roman, qui avait fait pas mal parlé de lui, est une belle histoire sur la vie, la mort, l'amour, les rêves et les conditions de vie dans un centre de soins palliatifs à l'hôpital.

Toujours dans les parutions de "La belle colère", j'ail lu le très cru et très déroutant "La nuit nous grandissons". Une lecture sur les grands adolescents d'aujourd'hui qui n'a pas vraiment trouvé de résonance en moi mais que j'ai cependant apprécié.

Oh ! Un agréable moment de lecture avec "Les coeurs fêlés" de Gayle Forman (l'auteur de "Si je reste"). Ce roman, qui dénonce les "centres de redressement" maltraitants aux Etats-Unis, est touchant malgré parfois quelques facilités.

Livres à gogo
Livres à gogo
Livres à gogo
Livres à gogo

Pour adultes...

En fin d'année scolaire, j'ai découvert "La liste de mes envies". Cette courte oeuvre, adaptée en film il n'y a pas si longtemps avec Mathilde Seigner, nous raconte l'histoire de Jocelyne, une mercière d'Arras qui gagne un jour au loto. Un joli moment de lecture.

Livres à gogo

Histoire...

Pour finir, j'ai reçu en mai des prix pour avoir gagné le prix départemental du concours de la Résistance et de la Déportation. Ils avait notamment ce tout petit livre sur Auschwitz. Il alterne des photographies du lieu et des poèmes des deux auteurs de l'ouvrage. L'idée est bonne même si je n'ai pas été emballé par tous les poèmes, certains étant trop flous, trop abstraits à mon goût. Bien sûr la poésie est pleine de mystères, mais là je ne comprenais vraiment rien !

Sur ce je vous laisse mais je publierai le plus tôt possible un article présentant mon top 5 lectures durant cette période ! Le meilleur pour la fin...

De gros bisous

Partager cet article

I'm aliiiive !

Publié le par Elisa

I'm aliiiive !

Bonjour tout le monde !!

Aujourd'hui je me suis rendue compte que j'avais laissé le blog à l'abandon sans aucune explication. (Frappez moi allez y!)

J'avais donc envie de vous faire ce petit coucou. J'ai laissé en plan le site par manque de temps durant l'année scolaire. J'avais déjà très peu de temps pour lire alors... Cependant, cette été j'aurais pu reprendre ma souris, je suis donc inexcusable (re-frappez moi).

Ce que je souhaite pour le blog à présent c'est pouvoir le reprendre dès que j'ai l'envie de partager une lecture sans me soucier d'être toujours régulière. Je ne vous promets rien, peut être que les articles seront très très très rares, mais (je l'espère du moins) ils seront là. Pour me suivre avec plus de facilités, je vous invite à vous abonner. C'est simple, gratuit et ça fait plaisir !

Je voulais aussi vous dire qu'à la rentrée je pars en danse-études au Conservatoire d'Avignon. C'est un grand changement dans ma vie et j'ai vraiment hâte. Cependant, l'internat sans wi-fi n'aidera sûrement pas à la productivité bloguesque. (ps : je passe en seconde)

Enfin, je voulais vous dire que je participe à mon premier week-end à 1000 dans une heure :) Si vous ne connaissez pas le principe, je vous invite à aller sur le blog de l'organisatrice LiliBouquine :http://lilibouquine.blogspot.fr . Un formulaire à remplir et vous pouvez vous inscrire à la très sympathique page Facebook si vous le désirez. L'objectif est simple à expliquer (mais pas tant à réaliser): lire 1000 pages en un WE. Pour ma part j'ai décidé de lire :

Pour un total de 1167 pages...
Pour un total de 1167 pages...
Pour un total de 1167 pages...

Pour un total de 1167 pages...

Coeur sur vous et gros bisous,

Elisa

Partager cet article

Ce qu'ils n'ont pas pu nous prendre de Ruta Sepetys, un roman touchant sur un sujet difficile

Publié le par Elisa

Ce qu'ils n'ont pas pu nous prendre de Ruta Sepetys, un roman touchant sur un sujet difficile

Titre : Ce qu'ils n'ont pas pu nous prendre

Auteur : Ruta Sepetys

Édition : Gallimard Jeunesse

Collection : Pôle fiction

Nombre de pages : 421

Prix : 7, 75 euros

Ce roman nous conte l'histoire de Lina, une lituanienne prodige du dessin qui, en juin 1941, est arrêtée par le NKVD (police stalinienne) avec son frère et sa mère. Déportée, elle s'interroge : pourquoi ? et tente de survivre.

J'ai beaucoup aimé le style de Ruta Sepetys. Il est parfois dur de faire un roman sur un sujet difficile sans tomber dans le pathos. Selon moi, cet auteur a réussi grâce à une plume simple mais poétique, qui n'hésite pas à décrire des corps sales sans en faire trop. Le tout est très puissant.

Les personnages aussi m'ont plus. On les découvre peu à peu dans les épreuves qu'ils traversent. Celle qui m' a le plus touchée est Lina que j'ai trouvé courageuse, talentueuse mais surtout très attendrissante, on s'identifie pas mal à ce personnage. Dans les protagonistes secondaires qui m'ont marqués : la petite fille à la poupée, Andrius et la mère de Lina pour n'en citer que trois.

Étape par étape, on comprend le périple de Lina tant sur le plan géographique, que physique, que moral. Comment survivre au désespoir, à la faim, au froid ? Comment garder son humanité ? Pourquoi est-on ici ? Pourquoi font-ils ça ?

J'ai aimé que la famille est une place prépondérante dans ce roman mais aussi qu'on suive le même groupe de personnes de la Lituanie au Pôle Nord, cela permet de véritablement s'attacher à ces gens.

L'ambiance surtout, parfois oppressante, parfois glaciale, toujours à vous briser le coeur.

Bref, un témoignage à lire et à faire lire pour ne jamais oublier.

lu dans la cadre du challenge Cold Winter

lu dans la cadre du challenge Cold Winter

Partager cet article

Là où tombent les anges

Publié le par Elisa

Là où tombent les anges

Là où tombent les anges de Charlotte Bousquet

Éditions Gulf Stream, collection Électrogène

Solange, dix-sept ans, court les bals parisiens en compagnie de Clémence et Lili. Naïve, la tête pleine de rêve, elle se laisse séduire par Robert Maximilien et accepte de l'épouser. Mais son prince est un tyran jaloux, qui ne la sort que pour l'exhiber lors de dîners mondains. Coincée entre Robert et Emma, sa vieille tante aigrie, Solange étouffe à petit feu. Heureusement Lili la délurée et la douce Clémence sont là pour la soutenir. Quand la première guerre mondiale éclate, Robert est envoyé sur le front. C'est l'occasion pour Solange de s'affranchir de la domination de son mari et de commencer enfin à vivre, dans une ville où les femmes s'organisent peu à peu sans les hommes...

J'ai acheté ce livre au mois de janvier car il me tentait beaucoup de par son sujet et les critiques enthousiastes que j'avais pu lire.

J'ai aimé le style de l'auteur, poétique mais sans en faire trop, Charlotte Bouquet a réussi à m'entraîner dans son histoire.

J'ai également apprécié les personnages de ce roman : profonds, construits, ils se dévoilent peu à peu. J'ai surtout eu un bon feeling avec l'héroÏne Solange parce qu'elle est parfois égoÏste, parce que ce n'est pas une sainte mais quelqu'un de gentil, attentionné qui fait ce qu'il peut pour combattre le souvenir d'un père violent et le difficile quotidien de la guerre.

Le récit se déroule sans se presser mais sans jamais désintéresser le lecteur grâce notamment au format du livre : mi-narration, mi-letttres (un bon choix selon moi). Mais ce qui m'a le plus séduit dans "Là où tombent les anges" , c'est le point de vue historique. La 1 ère guerre mondiale, certes, mais vue du côté des femmes qui, restées à Paris, n'en sont pas moins victimes de la guerre (bombardements, rationnements, efforts de guerre, n'oublions pas que la 1 ère Guerre mondiale était un exemple de la mobilisation totale). C'est une période charnière de l'émancipation des femmes, et donc passionnante.

À mettre entre toutes les mains !

Partager cet article

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>